Techologie & Informatique

LG, Philips, Samsung et Sharp soupçonnés de cartel dans les LCD

Trois des principaux fabricants mondiaux d'écrans LCD se seraient mis d'accord pour freiner la baisse des prix. Une enquête est ouverte au Japon, en Corée du Sud et aux Etats-Unis. Depuis le début de l'année, le prix des écrans plats aurait tout de même chuté de 25%.
LG, Philips, Samsung et Sharp soupçonnés de cartel dans les LCDLG.Philips, Samsung et Sharp se sont-ils mis d'accord pour freiner la baisse des prix des écrans plats ? Trois pays, le Japon, la Corée du Sud et les Etats-Unis, viennent coup sur coup d'engager une enquête pour tenter de faire la lumière sur les pratiques commerciales de ces fabricants de LCD qui se disputent un marché annuel de 69 milliards de dollars. Selon des analystes japonais, l'affaire remonterait aux années 2003 et 2004, avant le grand plongeon du prix des écrans. Si peu d'éléments ont encore filtré, la menace d'une sanction financière est suffisamment prise au sérieux pour provoquer quelques remous en Bourse.


En se fondant sur les bénéfices engrangés sur ce secteur par LG.Philips et Samsung durant ces deux ans, les pénalités imposées à chaque société pourraient atteindre 216 millions de dollars, estime Min Chun Hong, analyste chez Goodmorning Shinhan Securitie. Mardi, le titre LG.Philips a perdu près de 8%, touchant son plus bas historique, avant de se reprendre et de clôturer la séance en baisse de 4,2%. Quant à Samsung, cette enquête lui rappelle qu'il vient d'être condamné par la justice américaine à une amende record de 300 millions de dollars, la deuxième plus importante de l'histoire américaine, pour une pratique similaire dans les DRAM, des mémoires d'ordinateur.

Les fabricants de LCD n'avaient pas besoin de cette enquête pour inquiéter les marchés. LG.Philips était déjà orienté à la baisse, après avoir annoncé que sa perte nette serait plus importante que prévu. Longtemps numéro un des LCD avant de se faire doubler en début d'année par Samsung (désormais allié avec Sony), la co-entreprise néerlando-coréenne a bouclé un premier semestre lourdement déficitaire (700 millions de dollars) et ne s'attend à sortir du rouge qu'à la mi-2007. En cause, une surproduction qui entraîne de fortes baisses des prix et pèse sur le secteur, car les écrans plats ne se sont pas aussi bien vendus qu'escompté lors de la Coupe du monde. En outre, les consommateurs achètent des écrans plus grands et plus performants mais ne veulent pas payer plus cher, ce qui comprime les marges.

La semaine dernière, le président de la division électronique de Sony estimait que les prix des écrans LCD plats baisseraient cette année de 25 à 30%, soit entre 5 et 7% de plus qu'anticipé. En réaction, LC Philips prévoit des réductions de coûts et une amélioration de sa productivité. Chez Sony, on s'attend tout de même à un ralentissement de la baisse, grâce à la commercialisation de modèles plus grands et de meilleure résolution, mais vendus au même prix.




Partagéz avec amis
Share to Facebook Share to Twitter Stumble It Email This More...
Advertising