On dit que tu dors seule que tu mens comme dieu existe parce que pendant la nuit dans tes pensées nous dormons ensemble" Flamenco fut, d?abord, le chant profond des Gitans / il faut mieux les appeler Roms car en leur langue cela signifie- l?Homme/. Au 15cme siccle ils quitteraient leur Inde natale pour s?installer partout en Europe. Les Roms peuplcrent Espagne aprcs « la Reconquista ». Avec le temps leur chant s?est enrichi grâce aux influences juives, arabo- andalouses, celles de chant grégorien, tout en gardant les formes des complaintes gitanes. Identifié au 18cme siccle, le flamenco est devenu une façon d'exister, dans les quartiers pauvres des grandes villes- comme le jazz, le tango ou le reggae. L?origine du terme n?est jamais déterminé, selon certains le nom et le style furent introduits par les Flamands ou Flamencos, au temps de Charles Quint. D'autres affirment que le flamenco doit son nom r une amusante confusion : au 16cme siccle nombreux Gitanes émigraient d?Allemagne en Espagne et la population autochtone aurait confondu l?Allemagne et la Flandre en les nommant : « Germanos y Flamencos ». L?explication de Juan Rodriguez Mateo semble la plus crédible. Il a trouvé que flamenco vient de « flameante »- flamboyant, rayonnant, éclatant. Manuel Garcia Matos pense que l?origine du terme est mot »flane » qui signifie visible, clair, éblouissant en décrivant les caractéristiques des Gitans ! D?abord pratiqué en Andalousie, avant de se répandre dans toute l?Espagne, le style comprend : la poésie, le chant et la danse. Ces éléments sont élaborés jusqu?r perfection par les membres du « Teatro Espanol » de Madrid, fondé r Paris en 1960 par Manuela et Raphaël Aguilar. Leurs représentations si modernes et virtuoses ont épaté les Parisiens. L?élan et énorme efficacité d?interprctes complétés par un programme attractif et expressif ont fait vibrer, chaque soir, la salle du théâtre «Mogador» durant, presque, un mois. Nos deux interlocuteurs, Fernando Solano et Francisco Guerrero ont un statut privilégié dans la troupe, conséquence du travail acharné et du vrai don pour la danse. Le premier, infatigable interprcte de Boléro de Ravel a commencé sa carricre en Andalousie, grâce r un oncle qui l?avait guidé vers les sommets de flamenco. Pour ses numéros de danse dans l?opéra « Carmen », réalisé par Adolfo Marsillach ainsi qu?en jouant Lucas le Torero dans »Carmen Flamenco », puis pour la participation dans »Picasso Flamenco », la municipalité de Cordoue lui a donné le Premier Prix du Conservatoire. En plus, il était, durant deux ans, membre de la célcbre compagnie « Lindsay Kemp ». Solano a aussi participé au Festival de danse sportive r Monte Carlo, avec un énorme succcs. Meme les princes sont venus le féliciter. Le directeur artistique du ballet Francisco Guerrero a seulement 29 ans, mais sa carricre de soliste et de premier danseur est tissé de gloire et de la reconnaissance. Ce n?est pas étonnant car il a commencé les cours de flamenco avant l?adolescence r Grenade, d?ou il est originaire. A 11 ans il était parmi les talents naissants de la fameuse école « Mayte Galan » ou il étudia la danse classique, espagnole, contemporaine, flamenco et le folklore. Aprcs avoir obtenu le diplôme r l?Ecole Supérieure de Danse et d?Arts Dramatiques de Madrid, il termina en 1997 la Faculté des Beaux Arts de Grenade. A part de numéros de danses torrides, le jeune homme prépare, actuellement, une nouvelle picce intitulée « Disquela de la Alhambra » : « Depuis 8 ans nous avons les memes chorégraphies, instaurées par le maître Aguilar. Presque une décennie aprcs sa disparition , la magie de son art dure encore. Sa force est dans le renouvellement permanent de nos prestations. Mais nous devrions évoluer-souligne danseur, en continuant de créer. Nous avons l'intention de monter, cette année, un autre spectacle pour rechercher les nouvelles facettes de flamenco « ! Pour le directeur de la sccne Stéphane Alcaraz qui souhaite montrer »Alhambra » en Bosnie-Herzégovine car il y est déjr allé avec sa mcre Carmen Salinas, qui dirige le « Teatro Epanol », flamenco trouve une place particulicre dans le troisicme millénaire. " Les croisements actuels de différentes cultures sont maintenant compris comme une progression propre r l?humanité, ajoute-t-il. Comme tels ils sont accepté partout et ce qui permet r la danse d'avoir un impact trcs important. Mais la plus considérable, r ses yeux, est l?opportunité de se développer et, encore, évoluer". Djana Mujadzic
fShare
2
Pin It